Les produits Apple, bientôt réservés aux riches ?

Le 9 septembre 2015 a eu lieu la traditionnelle keynote de rentrée d’Apple. Au menu, de nouveaux iPhone 6S et 6S Plus, un superbe iPad Pro et un nouvel Apple TV. Des produits magnifiques, qui font toujours autant rêver et à la qualité encore inégalée. Mais ce succès peut-il durer face à la dérive des prix qu’on observe actuellement ?

 Des tarifs de plus en plus élitistes

Faisons un état de l’offre : l’iPhone 6s démarre à 749 € (16 Go), puis 859 € (64 Go) et 969 € (128 Go). L’iPhone 6s Plus vaut lui 859 € (16 Go), 969 € (64 Go) et jusqu’à 1079 € pour 128 Go.

Il y a deux ans, mon iPhone 5C de 32 Go valait 700 euros environ. Certes ce n’était même à l’époque pas le modèle le plus onéreux, mais il y avait une offre à un tarif encore raisonnable. Aujourd’hui, si vous voulez le téléphone le plus récent, il faut dépenser 749 €, en sachant qu’il sera vite inexploitable car 16 Go sont complètement insuffisant pour un appareil capable d’enregistrer de la vidéo en 4K ou de prendre des photos de 12 mégapixels. Il faut donc partir au minimum sur la version 64 Go, car n’oublions pas que la capacité mémoire d’un iPhone n’est pas extensible. Donc l’entrée de gamme est à 859 €. Aïe.

Attendez, ce n’est pas fini : ajoutez à cela les accessoires. Si vous voulez une coque en cuir, il vous en coûtera 59 € ou 45 € en silicone. La station d’accueil assortie au téléphone est proposée à 59 €, contre 45 € pour le précédent modèle en plastique blanc. Votre banquier va apprécier.

 Un client pris en otage

Franchement, de telles sommes commencent à être déraisonnables. D’abord parce qu’il s’agit d’un téléphone, appareil fragile susceptible de tomber ou d’être volé. Mais aussi parce que la gamme Apple ne donne sa pleine utilité que lorsqu’elle est complète, c’est-à-dire lorsqu’on utilise à la fois un iPhone dehors, et un iPad et un Mac à domicile. Or au vu des tarifs pratiqués il devient de plus en plus difficile de s’équiper intégralement en matériel Apple si l’on est une famille avec des salaires moyens. Bref la pomme devient une marque de grand luxe et non plus de luxe tout court, entendez par là “luxe inaccessible”.

Bien sûr on peut argumenter en disant que les anciens appareils peuvent durer plusieurs années et qu’il n’est pas nécessaire de les renouveler tous les ans. En théorie oui, d’autant qu’encore une fois le matériel Apple est de qualité.

Mais pour ce qui est des périphériques iOS et contrairement au Mac, l’obsolescence est rapide pour une raison de logiciel : chaque nouvelle mouture majeure d’iOS ralentit de façon significative l’appareil, un phénomène qui n’est sans doute pas volontaire, comme l’écrivent certains, mais qui rend vite un ancien iPhone inutilisable. Et s’il n'est pas upgradé, il est vite dépassé, car les services en ligne, essentiellement iCloud, ne se synchronisent plus correctement ou proposent de nouvelles fonctions inconnues des iOS plus anciens.

 La réaction du public

Alors que va-t-il se passer ? Le public va-t-il bouder le téléphone ? Honnêtement je ne ferai pas de pronostic à court terme, mais à long terme, si la hausse dex prix se poursuit, même des fans de longue date de la marque à la pomme devront se résigner, la mort dans l’âme (j’exagère à peine) à passer à la concurrence.

Et pour Apple ce sera un problème grave, car la survie d’une gamme de smartphone est essentiellement conditionnée par sa base installée. Si le nombre d’utilisateurs diminue, le nombre d’acheteurs d’application fera de même. Cela entrainera une baisse du nombre de développeurs intéressés par la plateforme. Et un catalogue moins riche poussera d’autres clients potentiels à s’en détourner, ce qui créera un cercle vicieux. L’exemple de BlackBerry est très parlant.

Et cela peut se produite même si Apple continue à faire de grosses marges : en matière de smartphone, si on propose un écosystème fermé, la rentabilité ne suffit pas, il faut des volumes importants.

Alors que faire ? Acheter l’ancien iPhone 6 ? Il est effectivement toujours en vente, mais à seulement 100 euros de moins que le 6S, il n’a aucun intérêt. Apple l’a bien compris : en maintenant au catalogue les produits de l’année précédente mais à des prix élevés, elle évite de concurrencer les modèles récents tout en donnant l’illusion d’une entrée de gamme plus accessible. Malin.

Il ne reste qu’à espérer que Tim Cook entende ses clients. En rognant un peu ses marges il pourrait proposer le smartphone parfait. Mais baisser les prix n’est pas trop dans les habitudes de la maison…

 
0
Kudos
 
0
Kudos

Now read this

Apple vs FBI : la liberté contre l’oppression

Même s’il est abondamment commenté dans les médias, j’ai envie de revenir sur un évènement en cours, le conflit qui oppose Apple au FBI, la police fédérale des Etats-Unis. Pour ceux qui n’auraient pas suivi l’affaire, voici un bref... Continue →