Le pouvoir de la simplicité

À l’époque où je bloguais avec des sites auto-hébergés, je modifiais régulièrement leur design. Pour cela, je cherchais le thème WordPress parfait un peu partout sur le web, mais souvent sans succès, car rien ne collait avec mes besoins… et mes goûts.

Car je fais partie des gens qui aiment, à tous points de vue, la simplicité. Et cela concerne aussi le design. Je suis sensible au style dépouillé, celui qui s’attache à l’essentiel et qui privilégie le fond sur la forme. Celui où l’on retire tout ce qui est n’est pas strictement indispensable. “Less is more” disent certains.

Vous voulez un exemple ? Rendez vous sur Retinart. Observez comment le dépouillement fait que le texte joue lui-même le rôle de décoration.

retinart.png

Or, aussi étonnant que cela puisse paraître, il est difficile de trouver un thème WordPress simple. Reconnaissons le, ça existe, mais l’offre est pauvre comparée aux milliers de design tape-à-l’oeil qu’on vous propose ici et là. Et rares sont ceux qui parviennent à rester basiques sans pour autant sacrifier les fonctions indispensables : ainsi le thème du fameux blog Zen Habits de Leo Babauta — d’ailleurs librement disponible au téléchargement— ne permet pas d’installer un formulaire de newsletter, une liste de catégories, etc.

Capture d’écran 2018-12-12 à 22.11.06.png

Les boutiques en ligne comme ThemeForest, malgré leur catalogue immense, proposent toutes plus ou moins le même produit, où dominent les effets visuels. On s’en rend compte en comparant le site de démo avec celui qu’on cherche à construire. L’impression qui reste après les avoir essayés, c’est d’avoir d’innombrables options de personnalisation mais jamais celles qu’on voudrait. Et en plus, c’est payant !

Même des sites spécialisés dans la recherche du thème idéal admettent que pour leurs propres besoins, ils n’ont pas trouvé leur bonheur et ont du créer leur propre solution. C’est le cas de WP Marmite qui personnalisé un thème payant et s’insurge, avec raison, contre la dictature de la complexité.

En fait, en matière de design comme ailleurs, l’excès traduit la médiocrité.

De fait, leurs excès se retournent contre les webmasters : un site simple attire maintenant plus l’attention. Le minimalisme de blogs comme Daring Fireball devient cultes, et le contenu redevient roi. On ne peut que s’en féliciter.

Daringf.PNG

Certains disent qu’un design simple est la marque d’un manque d’imagination ou d’un manque de connaissances techniques de la part de son auteur. En gros, plus on fait compliqué, plus on montre ses compétences. Evidemment, rien n’est plus faux.

C’est faux car le design doit permettre à un objet d’accomplir efficacement sa tâche. Un site web doit être lisible, l’oeil doit trouver facilement les différents composants (corps du texte, barre latérale, menus, etc.). Noyer l’ensemble sous les effets de couleur, les gadgets de présentation, les polices de caractères multiples ou les GIFs animés fatigue le lecteur.

Comme le disait Steve Jobs :

Design is not just what it looks like and feels like. Design is how it works.

Ce qu’on peut approximativement traduire par “Le design, ce n’est pas seulement de quoi une chose a l’air et ce qu’elle inspire. Le design, c’est comment elle marche.”

Des concepts rappelés dans le livre culte de Steve Krug, Don’t Make Me Think (“Ne m’obligez pas à réfléchir”). En gros, sur un site web bien conçu, tout doit être évident. L’internaute ne doit rien chercher : s’il veut approfondir, il doit avoir le bon lien devant les yeux. S’il veut faire une recherche, le formulaire adéquat doit être à portée de souris. Car s’il ne trouve pas ce qu’il veut tout de suite, il s’en va.

Bref, un bon site allie simplicité sans excès et efficacité.

Alors, que faire pour mes blogs ? Bien que connaissant un peu le CSS, j’ai renoncé depuis longtemps à créer mon propre thème. Je me souviens des heures interminables passées dans les années 2007–2008 pour essayer de me concocter le thème parfait. Mais je ne cessais de m’arracher les cheveux sur des petits détails, car malheureusement, simplicité ne rime pas avec facilité de programmation.

Alors j’ai décidé de m’en remettre au travail des autres. C’est pourquoi, entre autres raisons, j’ai abandonné WordPress et utilise maintenant Svbtle.

Et cela coûte combien ? 6$ par mois pour une présentation simplissime et efficace.

 
0
Kudos
 
0
Kudos

Now read this

Le Chromebook ou l’informatique accessible

Aujourd’hui un petit test matériel avec le tout nouveau chromebook HP 14’. Qu’est-ce qu’un “chromebook” ? Une nouvelle marque d’ordinateur ? Plutôt un nouveau concept, car derrière le mot “Chrome”, vous aurez reconnu le navigateur de... Continue →