L’iPhone SE ou le retour du petit écran

Depuis trois ans, la catégorie des smartphone est ultra-dominée par les modèles à “grand” écran, entendez ceux dont la taille dépasse 4 pouces, soit plus de 11 cm de diagonale. La tendance est devenue tellement forte qu’on constate même une baisse des ventes des tablettes comme l’iPad, concurrencées au quotidien par des téléphones qui ont maintenant la taille d’un livre de poche. Et le coup de grâce aux petits écrans semblait même avoir été porté en 2014 par l’inventeur du smartphone, Apple lui-même, avec la sortie de l’iPhone 6 qui ne proposait plus de format inférieur à 5 pouces…

1_9FUM8bGFgo5BTHLax1qtiQ.jpeg

C’était sans compter avec la demande des utilisateurs, qui continuaient massivement à utiliser des modèles 4 pouces d’occasion, comme l’iPhone 5C, un produit aux ventes à l’époque décevantes et qui prenait ainsi sa revanche.

Dans un éclair de lucidité qu’on aimerait plus fréquent, les dirigeants de la firme à la pomme ont donc lancé l’iPhone SE le 21 mars 2016. Un produit qui ne déchaine pas les foules : le jour de la disponibilité en magasin, le 31 mars, il n’y avait pas la file d’attente des grands jours. Pourtant, votre serviteur a craqué et s’en félicite tous les jours depuis. Voici pourquoi.

 Design et compacité

L’iPhone SE n’innove pas en matière d’apparence : il reprend presque exactement le boitier de l’iPhone 5S avec deux couleurs supplémentaires (or et or rose en plus du gris et du “gris sidéral”). Un style qui a fait ses preuves, qui évoque la solidité et ne souffre d’aucun défaut : pas d’assemblages approximatifs ou de bruits de craquements sous la pression. Le petit dernier d’Apple est solide et le fait sentir à la manipulation. Son poids plume de 113 grammes est aussi bien agréable.

Par ailleurs, s’il y a une caractéristique utile pour qu’un objet qu’on transporte avec soi, c’est une taille limitée. Cela parait évident, et pourtant les constructeurs vous proposent sans complexe des “phablettes” de plus de 15 cm de diagonale qu’on ne peut plus ranger dans la poche d’un pantalon. Avec l’iPhone SE, pas de problème : minuscule, il se fait oublier.

Bien sûr, la question qui se pose est : un petit écran n’est-il pas désagréable à utiliser ? Force est de constater que la question ne se posait pas il y a quelques années, lorsque les smartphones étaient tous de 4 pouces. Alors soyons honnêtes : pour avoir utilisé quelques mois un Microsoft Lumia 640, le retour en arrière est un peu désagréable au début. On a l’impression que tout est étriqué, notamment le clavier virtuel qui demande forcément plus de précision dans la frappe.

Mais on s’habitue vite, surtout si l’on fait un usage intensif de son appareil. Rappelons aussi qu’aujourd’hui, de plus en plus de sites web sont “responsifs”, c’est-à-dire adoptent automatiquement une présentation formatée pour les petits écrans. Les graphismes inutiles disparaissent, et la lecture est possible sans avoir à agrandir l’affichage.

Ajoutons que l’écran Retina est toujours aussi magnifique, avec une définition qui rend les pixels presque impossibles à distinguer.

 Une puissance phénoménale

Vous pensiez peut-être qu’un petit appareil implique une puissance réduite ? Ou qu’un iPhone vendu 490 euros a forcément des composants au rabais comparés à ceux de son grand frère l’iPhone 6S à 750 euros ? Détrompez vous : ce sont les mêmes ! Oui, le dernier modèle embarque le même processeur A9 et la même quantité de mémoire vive (2 Go). Les benchmarks le prouvent : l’iPhone SE a les mêmes performances que les 6S. Voir même mieux dans certains cas, car son écran plus petit réduit le nombre de calculs à faire pour l’affichage.

J’ai testé cela sur un jeu récent : AG Drive, une course futuriste. La fluidité est totale et l’impression de vitesse qui en découle, bluffante. Bien sûr, le petit écran rend l’immersion plus difficile que sur tablette ou télévision. Mais avoir une telle qualité de jeu dans sa poche laisse rêveur, surtout pour un “vieux” comme moi qui a connu les archaïques jeux à cristaux liquides des années 1980.

 Un appareil photo épatant

Les professionnels de la photos souriront sans doute en lisant ceci, mais l’appareil photo de l’iPhone SE est vraiment, à mon avis, la fonction qui justifie l’achat de cet appareil. Avec une définition de 12 mégapixels, il produit des images de qualité et parvient surtout à le faire en conditions d’éclairage réduit, là où les capteurs d’entrée de gamme ne génèrent que des taches sombres inexploitables.

La prise de photo est très rapide, intuitive, et il est alors facile de “mitrailler” les scènes de la vie quotidienne en étant presque sûr de pouvoir ensuite en faire des tirages papier.

 Les gadgets

L’iPhone SE offre aussi quelques fonctions non essentielles qui raviront les geeks mais laissent de marbre l’utilisateur lambda. Citons : un capteur TouchID pour le verrouillage du téléphone avec votre empreinte digitale, ApplePay (si tant est qu’on puisse l’utiliser en France), la prise de vidéo en définition 4K, etc.

 Les défauts

Une critique objective ne peut pas passer sur les défauts d’un produit. L’iPhone SE en a-t-il ? Franchement j’ai dû réfléchir pour en trouver ! Le seul, à mon avis, est la faiblesse de l’appareil photo frontal, celui destiné aux selfies, qui n’offre que 1,2 Mégapixels. J’aurais aimé en avoir 5 car c’est bien pratique pour faire un portrait de famille (non, je n’aime pas le mot selfie).

 Le meilleur compromis

Pour conclure, parlons du gros point noir traditionnel des produits Apple : leur prix excessif. Or ici, agréable surprise : le tarif est raisonnable : 489 euros pour le modèle 16 Go et 589 euros pour le 64 Go. Cela dit, évitez absolument le 16 Go dont la capacité réelle (12 Go) est ridicule compte tenu du poids des photos au format 12 mégapixels et des jeux modernes. Incontestablement, l’iPhone SE est la meilleure affaire de la gamme iPhone depuis sa création : pour moins de 600 euros, on a accès au produit le plus puissant.

Par conséquent, je vous recommande chaudement ce modèle. Non, il n’y a aucun lien affilié dans cet article, et je ne suis pas actionnaire d’Apple :-) Notez d’ailleurs que SE signifie “Special Edition”. Espérons que ce modèle sera reconduit dans les années à venir.

 
0
Kudos
 
0
Kudos

Now read this

La loi Big Brother

Vous tenez à la confidentialité de vos données numériques ? Alors inquiétez vous, car en France aussi, on fouille dans vos affaires. Dans un article précédent, j’ai parlé des services de stockage en ligne les plus sûrs. Le but était de... Continue →